2- Intermissions-Screencatcher © Justine Emard 2016AURA – Augmented reality artworks

Lancement de l’application le 21 avril 2018

AURA est un projet inédit de parcours augmenté hors les murs, sur 6 façades du centre ville de Bayeux associé à une exposition personnelle au sein du Radar.

 

Visuel : Visuel : Screencatcher (série Intermissions), Justine Emard, 2015, Dessins et réalité augmentée, © Justine Emard / Adagp

 

Afin d’approfondir son engagement envers la promotion de la diversité des formes artistiques contemporaines et leur diffusion, le Radar lance un projet numérique. Intitulé AURA, ce parcours d’art urbain s’appuiera sur la réalité augmentée. Les œuvres créées pour l’occasion s’afficheront sur les murs et recoins de la ville via une application téléchargeable gratuitement. Muni d’une tablette ou d’un téléphone, l’utilisateur pourra repérer à l’aide d’un plan l’emplacement des oeuvres. Une fois sur place, il pourra «scanner» la façade et ainsi découvrir les productions imaginées par l’artiste. Chaque année un nouvel artiste fort d’une proposition inédite intégrera les précédentes éditions et proposera un parcours singulier. Ce parcours d’art urbain augmenté donnera l’occasion au visiteur de vivre une expérience d’immersion du virtuel dans le quotidien.

Pour la réalisation de AURA, le Radar développe une application spécialement dédiée au projet, en partenariat avec l’agence caennaise PristiMantis, jeune société dynamique spécialisée en Réalité Virtuelle et en Réalité Augmentée. Ce projet, à l’échelle de la ville, touchera un public averti, habitué aux espaces d’exposition mais aussi un public plus large, curieux des nouveaux supports de communication. Pour ce projet hors les murs, le Radar a reçu le 15 décembre dernier le grand prix «art et numérique» décerné par la fondation d’entreprise Mécènes Caen Normandie et ses 22 entreprises fondatrices. La fondation a décidé de soutenir « l’objectif d’enrichir l’expérience du visiteur de Bayeux en associant des créations contemporaines visibles sur support numérique. Un bâtiment anonyme, un mur oublié pourra ainsi être enrichi d’une oeuvre par le prisme d’un outil numérique.

justine emard et pristimantisJustine Emard pour la première édition de l’application AURA

Et exposition personnelle au Radar du 21 avril au 27 mai 2018

Si l’équipe du Radar s’est intéressée de plus près au travail de l’artiste Justine Emard c’est qu’avec des projets comme Screencatcher, Exovisions, Justine Emard est l’une des rares artistes, à mener une réflexion sur le potentiel de la réalité augmentée en art. Elle définit la réalité augmentée comme « se superposant à la réalité, pour créer une sensation de présence » et pose un regard sensible sur la place des écrans dans nos vies. Dans son projet Sceencatcher le public utilise une tablette numérique. En s’approchant du dessin manuel, celui-ci est reconnu et identifié par le logiciel. Enrichit des images en mouvement développées par l’artiste, le dessin est augmenté.

De plus en plus, les pratiques plastiques contemporaines interrogent les relations entre le monde réel et le monde numérique. Usagers de ces nouvelles technologies, les artistes les utilisent et les intègrent à leur processus de création et en interrogent les usages. Aujourd’hui, notre manière de percevoir se fait par les ordinateurs, Internet, les smartphones et tablettes. Toutes ces interfaces changent radicalement notre relation au monde et l’idée que nous nous faisons de la réalité. Notre environnement est hybride, situé entre le réel et immatériel. Intégrer AURA et le travail de Justine Emard dans notre programmation est une volonté de glisser dans cet écart aux frontières fluctuantes et aux apparences trompeuses afin de mieux en décrypter les codes.

Site de l’artiste : http://justineemard.com/

 

 

© Justine Emard - ADAGP2Une résidence et un workshop

Pour réaliser son projet, le Radar invite Justine Emard en résidence pendant un mois. Ce temps privilégié de résidence permettra à l’artiste d’interagir avec les habitants et de découvrir le territoire. Un workshop sera mis en place avec un groupe d’enfants de l’école municipale des Beaux-Arts de Bayeux, en co-animation avec les enseignantes de l’établissement. Il aboutira à une réalisation collective destinée à faire partie de l’une des 6 façades du parcours. Les enfants deviendront ainsi des acteurs à part entière du projet, de véritables ambassadeurs. Une page spécialement dédiée au projet sur le site internet du Radar pourra rendre compte des échanges entre l’artiste et les enfants.

 

 

Workshop avec les enfants de l’École municipale des Beaux-arts de Bayeux, © Justine Emard – ADAGP