Le travail de Sophie Hutin relève essentiellement d’une démarche instinctive et intuitive, il est inspiré par les matériaux qu’elle récolte, marqués par l’empreinte du temps, qui induisent un processus de fabrication. Elle travaille avec ses mains, très peu d’outils, légers et transportables et cherche à retrouver le geste simple, parfois répétitif et laborieux, pour transformer et multiplier les « petits riens » en colonie, tribu, troupeau, horde, fourmilière… et leur donner un sens. Souvent les différentes étapes d’élaboration de ses installations rappellent les gestes archaïques du travail agricole ou artisanal. La valeur qu’elle accorde à l’acte de fabrication proche d’un rituel la conduit petit à petit à partager ce moment magique avec le public. Chacune des installations, souvent composées de lignes s’inscrit dans l’espace comme un dessin. Le caractère graphique, présent dans chaque oeuvre, oscille entre la fragilité d’un crayonné et l’intensité d’un bois gravé. Récolter et glaner bois, cailloux, végétaux dans la nature, ramasser des morceaux de ferraille ou de cordage dans les ports de pêche, récupérer des matériaux du quotidien, plastique ou papier, constituent les préliminaires de ses créations: sculptures, objets mobiles, installations ou spectacles…