Féderico Fierro récolte les miettes du quotidien et s’en inspire. L’objet du banal anime ses tableaux, poussé à saturation comme chez Basquiat dont il revendique l’influence. Le jeune artiste colombien, également très proche de la pratique Pop Art, peut utiliser dans une même toile, l’écriture, le fil à coudre, les pigments pour y dénoncer ou plutôt pour porter témoignage de notre mode de vie. Le rouge et la tasse de café sont omniprésents, certainement un clin d’oeil à ses origines. Actuellement, la pratique artistique de Fédérico Fierro s’oriente vers la thématique de la série comme on peut le constater avec « Vanidades » ou encore avec « Variables 1.1 ». Fédérico Fierro travaille également avec l’artiste Amélie Weirich, élaborant ainsi leurs oeuvres autour d’interrogations sur ce qui structure l’individu dans sa relation à l’autre et à la société, et à son appréhension du réel, tel « Vanitas, vanitatum, vanités contemporaines… »