Miguel Egana utilise la fluidité de l’encre pour jouer des transparences et libérer la couleur. De ses dessins émane ainsi une telle limpidité que le motif semble « couler de source ». Ce flot dévoile des formes généreuses, charnues, qui s’offrent impudemment au regard en se soustrayant presque à la main créatrice. La couleur s’anime et flamboie pour donner vie à ces chairs incandescentes. Le caractère faussement accidentel du motif déjoue l’indécence de la vision. Le spectateur ne se ressent pas comme un voyeur parce qu’il devine plus qu’il ne perçoit, l’image pouvant ainsi être appréciée en toute sérénité. Lorsque l’encre se déverse et chemine plus librement sur le papier, le motif devient irréel, laissant à l’imagination le soin d’interpréter voire d’inventer le sujet.