Frédéric Di Martino est baigné par l’univers de l’enfance. Tout dans ses peintures reflètent cette spontanéité, la fraîcheur, des couleurs éclatantes, la gaieté de son univers. « Les choses » comme il les nomme plutôt qu’objets, il les puise dans son quotidien et les passe au filtre de son imaginaire. Il les choisit délibérément pour l’attrait qu’elles ont à ses yeux et non pour la symbolique qu’elles pourraient induire. Les motifs sont combinés l’un à l’autre, hors de toute réalité et deviennent le support d’un univers poétique, propice à l’activation de l’imaginaire de chacun. Le choix du cadrage, des couleurs et l’absence d’un rapport d’échelle de la représentation confèrent un aspect surréaliste à ses tableaux.