Assimilé à tord au mouvement de la « figuration libre », André Cervera a su développer sa propre expression plastique et enrichir ses techniques, notamment grâce à ses voyages et à ses immersions au Pays Dogon, où il peint avec les matériaux locaux et s’imprègne de l’animisme. Ces différents périples influenceront les couleurs, la technique de ses peintures et l’ont mené à un stylé qualifié de très expressionniste.