Fabrice Boualit a découvert l’exploration urbaine (URBEX) par le biais de forums. Il définit l’URBEX comme un regard présent sur le passé pour une mémoire future. Son regard se porte sur la globalité d’un lieu, souvent abandonné (friches industrielles, vestiges d’activités humaines), sur ses détails et plus particulièrement sur sa matière soumise aux dégradations du temps. Partant de cette démarche, il crée son propre langage qui, grâce à la synthèse de la photographie et de l’outil informatique, lui permet de développer son oeuvre en nous donnant l’occasion de percevoir l’atmosphère et la mémoire de ces lieux.